Accueil » People & Medias » Récompenses posthumes pour Jean-Jacques Rousseau, le cinéaste de l’absurde

Récompenses posthumes pour Jean-Jacques Rousseau, le cinéaste de l’absurde

Décoration posthume pour Jean-Jacques Rousseau

Le cinéaste de l’absurde avec l’entateur. un duo complice lors du BIFFF 2011.

COURCELLES – Quelques jours après ses funérailles, Jean-Jacques Rousseau recevra une série de récompenses à titre posthume.

Bien souvent paisible sauf sur les trottoirs des devantures de syndicats et de cafés, Courcelles vit à l’heure de sentiments mixtes. En effet, ce mignon petit village de Wallonie pleure à deux reprises : de tristesse et de joie.

La tristesse des Courcellois

Le cinéaste de l’absurde, Jean-Jacques Rousseau (JJR) s’est éteint mercredi 5 novembre sur son lit d’hôpital, après 4 mois de coma. Le célèbre réalisateur belge avait été délibérément percuté par une voiture en juillet dernier. JJR tournait des histoires défiant l’entendement, avec un budget maximum de 2.500 euros, aidés par des acteurs bénévoles. Serait-ce pour cela qu’il apparaissait systématiquement en public le visage dissimulé par une cagoule ? « Non, j’évite qu’on me vole mon âme » aimait-il répondre. En outre, JJR narguait fréquemment Steven Spielberg, son meilleur ennemi, de réaliser des chefs d’oeuvre comme sa trentaine de films souvent projetés au Festival International du Film Fantastique de Bruxelles (BIFFF). Lors de la présentation d’un documentaire le concernant au festival de Cannes, le réalisateur marginal, avait eu l’autorisation de gravir les marches avec sa célèbre cagoule sur la tête.

La joie à Courcelles

Les 3.012 membres du jury des Césars (français) et 657 membres du jury des Magritte (belge) se sont réunis ce week-end au château de Versailles. « Remettions-nous une récompense à titre posthume à JJR ? Tel était l’ordre du jour de cette assemblée générale extraordinaire » explique Jean-Pierre Mocky, président de la séance. « Le débat s’est tenu à huis-clos, je ne peux rien vous dire. Mais de nombreux membres n’avaient jamais vus ses films. Or, nous voulions éviter de trop nombreuses abstentions, tant la carrière de JJR est particulière. Nous leurs avons alors imposé l’ensemble de ses trente films au finish. A l’issue des 47 heures de projections, les membres se sont prononcés unanimement en faveur de l’attribution d’un César et d’un Magritte. » Deux récompenses d’honneur et posthumes pour l’ensemble de la carrière de JJR qui seront remises à sa fille Frédérique. Des rumeurs courent également sur le fait qu’un même scénario se déroule à Hollywood pour les Oscars.

Mais ce n’est pas tout, les Courcellois ont aussi appris que Bart De Wever , aidé de la NVA et du Voka, offre une statue en or à l’effigie de JJR avec sa cagoule. « Elle prendra possession de la place où Jean-Jacques a été renversé » précise la bourgmestre Caroline Taquin, les larmes aux yeux à l’instar de ses concitoyens. Il semblerait que Bart De Wever ait adoré le film ‘Karminsky-Grad’ (extrait en fin d’article). On pouvait y voir un savant fou russe, campé par Noël Godin, balancer une bonne grosse bombe atomique sur Charleroi, réduisant à néant l’ensemble de la Wallonie.

« Tous ces événements sont formidables », soutient Amaury, loyal bras droit de JJR et administrateur de la page Facebook InfoJJR, « En bousculant tout le monde comme cela, je suis certain que Jean-Jacques doit bien se marrer là où il est. »

Au moins un qui ne pleure pas.

 

Suivez-nous sur Facebook

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*