Accueil » À la une » Plus fort, plus enragé : LA mesure radicale qui va améliorer B-FAST.
bfast
La mesure qui bouleverse le principe même de l'action.

Plus fort, plus enragé : LA mesure radicale qui va améliorer B-FAST.

Après l’échec cuisant de l’opération B-Fast au Népal, l’heure est aux décisions. Face à cette opération payée 200.000 euros par le contribuable et qui n’a pas pu sauver l’ombre d’un espoir d’une seule vie, même pas celle d’un chien, le politique ne pouvait rester les bras croisés.

Didier Reynders l’affirme : “A partir du moment où une organisation telle que B-Fast est montrée du doigt, nous devions agir rapidement. C’est pourquoi nous avons décidé de rebaptiser l’équipe B-Fast en B-Slow, à l’instar de ce que nous ont suggéré les réseaux sociaux.

Et de poursuivre : “Pourquoi améliorer le fonctionnement d’une équipe aux talents pluridisciplinaires ? Il suffit de modifier le nom ainsi que quelques lignes dans leurs statuts qui balisent leurs missions. A partir du moment où leurs échecs ne font aucun scandale, ne mobilisent en rien la population belge ni celles qui auraient pu être aidées, il n’y a pas matière à tergiverser. Moi, Didier Reynders, j’ajoute qu’il s’agit de fonctionnaires de l’Etat. Ils ne ne risquent donc rien pour leurs carrières ni leurs salaires ; que les missions soient menées à bien ou non. Pour notre pays en crise et en lutte avec le chômage, il s’agit d’un gage de la préservation de l’emploi.

La nouvelle équipe B-Slow sera déjà opérationnelle en 2018. Leurs premières missions consisteront à déblayer tranquillement les voies déjà rouillées du RER bruxellois. En outre, elle enlèvera les déchets qui s’accumulent et les arbres qui y poussent. 2.000 hommes seront mobilisés pour être fins prêts lors du lancement du premier train en 2025.

Un remaniement dans l’équipe prévoit une majorité de limbourgeois et de namurois.

EXCLUSIFSuite au second tremblement de terre et avant l’application des nouvelles mesures, B-FAST repart au Népal. « Non, ce n’est pas un examen de passage ou une seconde chance », explique Arnaud David de B-Fast. « En effet, c’est juste qu’on n’avait pas encore défait nos bagages« , ajoute celui qui se fait appelé par l’équipe Cédubeton.

 

Laurent Leprince, Will De Palme

photo : belga

Suivez-nous sur Facebook

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*