Accueil » À la une » On pleure

On pleure

Alors que les balles ont effacés violemment les tracés de crayon ou de plume. Alors que les morts tombent pour avoir exposé, de manière souvent drôle, ce qu’ils estimaient devoir dénoncer. Alors que la population va s’émouvoir, fortement. Alors que le politique va sauter à pied joint sur ce drame. Sur cet attentat. Sur ce 11 septembre de la liberté d’expression.

A la Première Heure – PHnet, on pleure.

A l’heure où l’on pense aux nouveaux orphelins, aux veuves, aux parents, proches, collègues, membres du même corps professionnel, à chacun ému par cette folie, il y en a. Oui. Il y en a qui se frottent les mains, savourent, se réjouissent, rigolent. Il y en a qui n’ont pas de décence. Il y en a qui perdent leur dignité avec leur sourire. Il y en a qui s’abaissent et qui ne se rendent pas compte qu’ils se font enculer, par manque de discernement, par des fous. Fous qui agissent au nom d’un dieu qui doit bien se poser des questions sur ce qu’ils font en son nom.

Le manque de discernement, c’est l’arme qui vient de brutalement blesser la presse (satirique, en particulier) et par de là notre système de valeurs, nos droits, notre société et notre manière de vivre.

Bordel de merde. Qui a râté leur éducation ? Qui ne leur a pas appris à lire entre les lignes ? Qui ne leur a pas enseigné le discernement ?

 

La vulgarité de certains passages doit s’entendre comme un cri.

Suivez-nous sur Facebook

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*