Accueil » À la une » Après les frites-mayo de Michel, un fritkot lance deux nouvelles sauces
frites copie
Un attentat qui a stimulé entrepreneuriat.

Après les frites-mayo de Michel, un fritkot lance deux nouvelles sauces

BRUXELLES – Inspiré par l’agression subie par le Premier Ministre, un fritkot bruxellois lance deux nouvelles sauces : la Kamikaze et la LilithS

Une poignée des militantes de gauche, aussi originales que les Femen (lire aussi cet article), a agressé hier le Premier ministre. Les activistes s’appellent les LilithS et le Premier ministre, Charles Michel. Ce dernier venait de commencer sa conférence au Cercle de Wallonie à Namur lorsqu’il se fit asperger de frites et de mayonnaise tout en conservant son sourire et son calme. « Les frites étaient froides et molles. Pour ces raisons, je porte plainte. On ne dénature pas la culture gastronomique belge de la sorte », avait-il fait savoir par son entourage.

Moins d’une heure après l’attentat à la frite-mayo, les LilithS revendiquaient leur action sur leur mur Facebook. Et moins de 12 heures plus tard, Antoinette, un célèbre fritkot bruxellois lançait deux nouvelles sauces pour accompagner son Blickyburger, ses fricadelles ou tout simplement son cornet de frites.

Antoinette tient son fritkot à Etterbeek. « Quand j’ai lu sur Twittter que le Premier s’est fait asperger de mayo. Je me suis dit que je rendrai bien hommage à son flegme. C’est pourquoi j’ai crée la sauce Kamikaze du nom de sa formation politique. Je l’ai faite toute bleue mais avec beaucoup de piment. Il y a tellement de piment que le kamikaze glouton aura ses papilles gustatives qui crieront « banzaï ». Quant à la seconde sauce, la LilithS, j’ai trouvé que le rouge couleur enfer lui irait bien. Alors j’ai fait la même sauce que la Kamikaze mais en rouge. Du genre, que t’en prends qu’une fois parce qu’aussi non tu ne goutteras même plus le sel sur tes frites. »

Sur le temps de l’interview, Antoinette n’a quasi que vendu des frites avec ‘la sauce à part’. « Pour l’instant, je ne saurai dire laquelle des deux sauces à la plus de succès. » Et en excellente politologue de comptoir, elle termine : « Ce qu’il faut savoir c’est que, dans mes sauces, il n’y a que la couleur qui change. Pour le reste, la formule est la même… C’est comme notre politique ici en Belgique. »

Photo de fond : Pierre-Yves Thienpont

A lire aussi : Quick lance un nouveau burger appelé le « Michel » 
Cliquez ici.
 

Suivez-nous sur Facebook

2 plusieurs commentaires

  1. C’est pas possible cet istoire, pcq j ai étais laba et c’est pas vrai que ces sauce existe. Que du fo. Honte sur vou et sur votre famie.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*