Accueil » À la une » A la carte d’un resto étoilé, le menu ‘CPAS’ qui coûte 820€
Des noms de plats osés pour un prix considérable
Des noms de plats osés pour un prix considérable

A la carte d’un resto étoilé, le menu ‘CPAS’ qui coûte 820€

LIEGE – Le restaurant étoilé dont la spécialité est la cuisine russe accueille des politiciens et des hommes d’affaire. Depuis une semaine, il a changé sa carte. Entre provocation et indignation…

La crise, l’austérité. Comme dirait Pierre Desproges « on peut en rire mais pas avec n’importe qui« . Sergueï Gorbatine est un célèbre chef étoilé et l’a bien compris. Il tient le « Toundra« , restaurant de la région liégeoise et très bien côté dans de nombreux guides gastronomiques. Gorbatine propose une cuisine russe raffinée dans un décor très chargé dont la clientèle se compose notamment de politiciens et d’hommes d’affaire. Cette semaine, les clients ont eu la surprise de constater que le nom des menus avait été modifié.

Le chef Gorbatine reçoit la PH à sa table. Il ressemble à l’homme aux dents d’acier dans James Bond, il roule ses « r » autrement que les flamands. « Ma mère m’avait appris les secrets des goulaches dans le goulag avant de mourir d’une cirrhose du foie« . Pensif, l’homme poursuit. « Je suis arrivé en Belgique lors de la guerre froide. Rien de gênant pour un russe, on a l’habitude des températures hivernales (rires). Acharné du travail, aujourd’hui, je suis un chef d’entreprise aux nombreuses ramifications. J’ai de très nombreux contacts très haut placés qui sont clients. En réalité, ils mangent aux frais de la princesse et mettent cela en notes de frais. Alors je m’arrange avec eux : je gonfle la facture, puis leur rend une grosse partie du surplus en cash. »

« Depuis quelques temps, j’ai voulu innover et proposer des plats en relation avec l’actualité. C’est ainsi que j’ai fait évoluer nos plats traditionnels. Fini donc les Tchakhobili à la géorgienne (ragoût de cuisse de poulet) ou encore les Goloubtsy (chou farci de riz et de bœuf haché). » Notre chef russe propose, par exemple en plat, une ‘salade austérité à la sauce massacre social’ pour la ‘modique’ somme de 184€. Il y a aussi le menu ‘CPAS ‘qui coûte 817,36 € (soit le montant que touche par mois une personne isolée via le CPAS).

Le chef se justifie. « D’abord, cela fait beaucoup rire ma clientèle. Ensuite, les ingrédients utilisés sont extraordinaires : safran d’Iran, du caviar de béluga, de la truffe noire et blanche d’Ukraine, du homard impérial et bien entendu de la très rare laitue de Sibérie. »

Il y a aussi le ‘saut d’index saumoné sur le lit du pensionné’ ou les ‘tripes de syndicalistes marinées dans le jus dewévrien’. Notre journaliste gastronomique a goûté ces plats et, force est de constater que si leurs noms sont originaux, ces plats sont surtout indigestes.

Suivez-nous sur Facebook

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*